Astuces, Économie

Les astuces zéro déchet de nos grands parents

À l’heure où l’on pense que le zéro déchet ne fait qu’émerger, certains cherchent à réduire le volume de leur poubelle. Cela s’impose comme une « tendance » durable, on redécouvre d’un autre œil le bons sens des anciens qui avait été pendant de nombreuses année oublié !

« Rien ne se perd, tout se transforme » est certes la célèbre phrase d’Antoine Laurent de Lavoisier mais c’est aussi la devise de nos aînés ! Pourquoi gaspiller quelque chose qui peut être réutilisé d’une autre manière ? Même si les motivations de l’époque étaient davantage économiques qu’écologiques, parce qu’ils ont vécu des périodes de privation qui les ont marquées, nous pouvons largement nous inspirer de leur trucs et astuces.

Personnellement, mes grands parents me disaient de tout garder au cas où, « ça peut toujours servir ». De l’emballage du cadeau de noël qui peut servir l’année suivante aux boîtes de glace en plastique qui servent de tupperware, tout se réutilise ! Ils utilisent des sacs en papier des légumes ou du pain donné en boulangerie. Quand ils reçoivent le courrier, le papier est réutilisé pour éplucher les légumes par exemple et ainsi ne pas tâcher la nappe… Chaque chose à son utilité ! Ces habitudes, j’en ai pour certaines hérités, et aujourd’hui partageons-les !

J’ai fait l‘observation d’un fait original. Nos grands parents gardaient ce que nous achetons aujourd’hui pour faire du zéro déchet. Nous achetons pour faire du zéro déchet des bocaux en verre, des ficelles, tupperware et boîte en carton (…)… Ces produits sont proposés par les commerces et permettent de moins gaspiller, de mieux conserver nos aliments… Mais toutes ces choses peuvent être récupéré petit à petit. Achetez une paire de chaussures, et bien… gardez la boîte pour faire un rangement où bien l’utiliser pour votre futur colis ! Gain d’argent, gain pour la planète mais bon… pas gain de place, mais tout est question d’ORGANISATION !

Après avoir longtemps consommé abondamment, il était temps de ralentir notre consommation, et de s’inspirer du mode de consommation de nos ancêtres. Partons à la découverte de ces habitudes !

LA CUISINE

– Préparer des conserves : pour conserver ses récoltes et pouvoir les déguster même quand le fruit ou légume n’est plus de saison.

– Manger ce qui vient de la maison : On cuisinait les légumes du potager, les fruits des arbres, les œufs du poulailler, etc. De temps en temps de la viande de chez le boucher ou une poule du poulailler.

– Boire de l’eau au robinet : l’eau en bouteille étaient bien trop chère et nécessite d’aller régulièrement faire des courses. Les carafes étaient toujours présentes sur la table à chaque repas ! Complètement zéro déchet !

Idée : les bouteilles en plastiques jetables polluent et prennent de la place dans la poubelle. Si vous n’aimez pas l’eau de chez vous, il est toujours plus responsable d’acheter des bouteilles d’eau en verre !

Emporter un plat au travail / à l’école : encore une fois pour économiser et simplement car les distributeurs de nourriture n’existaient pas. Les anciens utilisaient beaucoup les plats de conservation en verre. Ces plats sont d’ailleurs en vogues aujourd’hui !

Utiliser des contenants en verre : le plastique existait déjà mais c’était quelque chose d’assez cher car nouveau et le verre est plus durable et résistant à toute la famille. Les bocaux en verre « Le Parfait » étaient très populaires ! Le verre est aujourd’hui un des matériaux qui se recycle à 100 % et à l’infini.

Cuisiner à la maison et manger les restes : pour économiser et ne pas gaspiller

LE JARDIN

– Cultiver ses fruits et légumes : dans son propre potager pour se nourrir à moindre coût. L’avantage, c’est que vous savez ce que vous mettez sur vos plantes, qui les cultive et dans quel conditions ! On veut de la traçabilité !

– Faire du compost ou donner aux animaux : pour ne rien perdre et réutiliser la terre (très riche) pour le pour le potager ou les pot de fleurs.

Idées : donner les miettes de pains aux oiseaux et les restes au poules/lapins

Réutiliser le marc de café pour fortifier les plantes.

Idées : personnellement, je l’utilise comme gommage pour le corps (pas pour le visage car c’est un peu trop corrosif)

– Récupérer l’eau de cuisson (des pâtes, des œufs, des pommes de terre) : pour jardiner principalement. C’est idéal, quand elle est encore bouillante, pour aider à désherber. Et sinon utilisez-là refroidi pour arroser les plantes

– Récupérer l’eau de pluie : pour arroser les plantes, le potager, rincer des outils, etc. (une consommation d’eau non-potable) était une habitude classique devenue l’une des habitudes écolos les plus connues.

MENAGE

– Sécher le linge à l’air libre : car le sèche-linge n’existait pas !

Réaliser ses propres produits nettoyants : ils étaient à base de produits simples. Les produits nettoyant “conventionnels” d’aujourd’hui n’étaient pas très répandus ou simplement très chers.

– Utiliser des “produits de base” non transformés pour le ménage (vinaigre, bicarbonate, etc.) : quelques produits étaient nécessaires pour nettoyer toute la maison et cela dépendait simplement de l’ordre du mélange de ces derniers. Pas de produits toxiques, javélisants, emballés dans du plastique, dilués au maximum etc. Cette astuce n’a que des avantages… Elle permet également de ne plus être perdu dans les rayons de produits ménagers, de prendre soin de sa santé (Lire l’article 5 ASTUCES ÉCOLOGIQUES avec du VINAIGRE BLANC) et de faire des économies. On achète peu de produits mais multifonctions !

– Utiliser des produits d’hygiène solides (savon, baumes, etc.) : plus pratique à utiliser, et plus économiques les savons solides tels que le savon d’Alep, le savon de Marseille sont idéals.

LA COUTURE/BRICOLAGE

– Réparer et recoudre (les vêtements, les machines, l’électronique comme la radio ou le téléphone) : pratiquement tout était réparable à l’époque. L’idée du jetable et de l’obsolescence programmé n’était pas du tout répandus dans l’esprit des constructeurs

– Offrir des cadeaux faits-maison : la société de consommation a rendu l’action d’offrir des cadeau, quelque chose de commercial ! Offrir quelque chose fait soi-même montre que l’on a fabriqué quelque chose d’unique pour elle. Et c’est en plus économique et écologique !

– Faire beaucoup soi-même : que ce soit la création d’un meuble, d’une étagère, et plein d’autres objets, beaucoup de choses étaient faites soi-même. Acheter en magasin quelque chose de tout fait, n’était pas accessible à tout les budget. Lorsque l’on pouvait, on faisait beaucoup soi-même, surtout pour du sur-mesure !

Idées : Faire des torchons à partir de vieux draps, ou de vieux vêtements, créer des cotons démaquillants en tissus

L’HYGIENE/BEAUTE et PHARMACIE

– Adopter des produits de base : de même que pour les produits de base pour le ménage, les produits de beauté que l’on utilisait étaient assez simple. Souvent de l’huile végétale, des beurres végétaux et des crèmes de base. Beaucoup de soins étaient aussi DIY pour les adapter au mieux à tous les besoins !

– Utiliser des remèdes santé maison (appelés remèdes de grand-mère) : pour les petits refroidissements, les allergies, les rhumes ; grâce à des plantes, des infusions, le type de légumes consommés, etc.

ELECTRICITE

– S’habiller plus chaudement avec moins de chauffage : les pulls faits-main et les chaussettes chaudes étaient la norme. Cela permettait d’économiser sur la consommation de chauffage, que ce soit au bois, au fioul ou encore au chauffage central pour les plus chanceux.

Avoir peu de lumières allumées : pour économiser l’énergie.

TRANSPORT

Se déplacer à vélo ou en transports en commun : avoir une voiture coûtait cher, demandait beaucoup d’entretien et l’utilisation de transports moins onéreux même pour des très longs trajets était normal. Le vélo était aussi une méthode d’exercice et de transport, 2 en 1 ! Le vélo et les transports en commun étaient l’une des habitudes écolos mises en avant il y a quelques années !

CONSOMMATION

– Acheter “en vrac” et/ou auprès du producteur/maraîcher : ce n’était pas très répandu d’acheter toutes ses courses emballées dans du plastique. Beaucoup de choses s’achetaient en vrac, avant même que l’on envisage cela comme une habitude zéro déchet et éco-responsable ! On achetait aussi directement chez le producteur ou du moins le revendeur direct comme le maraîcher, le boucher, le charcutier. Cela, sans passer par le supermarché pour une grande partie des courses. Cela permet d’acheter sans emballage, dans des contenants réutilisables et en achetant la quantité désirée.

Acheter des produits de qualité et durables à partir de matières simples (coton, métal, verre) : l’idée était toujours la durabilité des matières que ce soit les vêtements, les ustensiles, les contenants, les meubles, etc.

Le conseil c’est d’acheter moins mais mieux !

– Utiliser des accessoires réutilisables (rasoir, chiffons, gourdes, bocaux, plats, etc.) : les anciens achetaient beaucoup d’accessoires du quotidien et les utilisaient sur le long terme. Souvent, plusieurs générations après, les accessoires sont encore utilisables et en très bon état !

Idées : Le sac à pain évite les emballages donnés par la boulangerie et le tot bag évite les emballages en allant chez le primeurs…

J’ai personnellement mis en place beaucoup de ces habitudes ; héritées de mes grands parents et des nombreuses histoires de leur quotidien qu’ils m’ont racontés. J’ai récupéré quelques uns de leurs objets et accessoires (bocaux, vaisselle, tot bag, vêtement faits par ma grand-mère, couverture, torchons, etc.). Et pour d’autres, j’ai investi dans des accessoires/produits du même type (comme le savon solide, la brosse électrique (embout interchangeable)). C’est toujours très inspirant de voir qu’aujourd’hui, on revient à l’utilisation de produits et d’accessoires simples. Que ce soit pour des raisons écologiques et économiques !

QUELLES HABITUDES ZERO DECHET DES ANCIENNES GÉNÉRATIONS AS-TU ADOPTEES AU QUOTIDIEN ?

Marion (Assistante Marketing)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.